Que faire à la reprise ?

Arrivé à la fin de la saison, vous pensez déjà au début de la nouvelle ? Pour la saison prochaine, vous devez définir la direction que vous voulez suivre au cours des prochains mois. En d’autres termes, quels sont vos rêves, vos objectifs de la saison, de préparation, et enfin, de séances. Que rêvez-vous d’accomplir en tant que triathlète, Quels objectifs voulez-vous le plus accomplir dans les mois qui viennent ?

Cela passe par un état des lieux de vos forces et de vos faiblesses mentales en tant qu’athlète et un plan pour éliminer vos faiblesses. Vous devez faire la même chose pour votre corps. Quels sont vos handicaps physiques ? Avez-vous des faiblesses structurelles qui pourront se manifester sous la forme d’une blessure ? Vous pouvez consulter un professionnel de santé pour faire le point. En attaquant vos faiblesses mentales et physiques vous débutez la saison avec un plus grand potentiel que jamais.

Ensuite, il faudra évaluer votre condition physique. Vous pouvez effectuer des tests pour connaître votre condition initiale dans chaque discipline. Le début de la saison est le moment idéal pour passer des tests en laboratoire pour déterminer précisément l’état actuel de votre condition physique. Le laborantin qui vous fera passer les tests peut vous donner d’importantes informations sur vos forces et faiblesses physiologiques en tant qu’athlète et des suggestions sur la façon de travailler vos points faibles.

Quels sont les paramètres mesurés pendant les tests en laboratoires ?

Ces tests, sauf rares exceptions, ne sont effectués que pour la partie cyclisme et la parties course à pied. Les installations permettant de réaliser ces tests en natation sont rares. Les paramètres de fréquence cardiaque sont utilisés en cyclisme et en course à pied, les paramètres de vitesse en course à pied et les paramètres de puissance en cyclisme.

Paramètres mesurés par une analyse des gaz

  • Capacité aérobie (aussi appelé VO2 max) : mesure la quantité d’oxygène qu’un athlète est capable d’utiliser quand il produit un effort maximal.
  • Fréquence cardiaque, vitesse ou puissance au seuil aérobie : une mesure de la plus faible intensité à laquelle il est possible d’améliorer la condition aérobie.
  • Fréquence cardiaque, vitesse ou puissance au seuil aérobie : l’intensité à laquelle un athlète entre dans le « rouge », avec une respiration difficile, une mesure d’effort perçue à 7 (sur une échelle de 10) et une sensation de brûlure au niveau des muscles.
  • Les calories brûlées à différentes intensités de fréquence cardiaque, de vitesse ou de puissance.
  • La capacité du corps à utiliser les lipides comme carburant tout en économisant les réserves énergétiques limitées en glucides.

Paramètres mesurés par une analyse de l’acide lactique

  • Fréquence cardiaque, vitesse ou puissance au premier seuil lactique (SL1) : une mesure de la plus faible intensité à laquelle il est possible d’améliorer son endurance aérobie.
  • Fréquence cardiaque, vitesse et puissance au seconde seuil lactique (SL2) : l‘intensité à laquelle un athlète entre dans le « rouge », avec une respiration difficile, une mesure d’effort perçu à 7 (sur une échelle de 10) et la sensation de brûlure dans les muscles. Autre paramètre important, l’état stable maximal de lactatémie (MLSS).
  • Les niveaux de lactate à différentes intensités de fréquence cardiaque, de vitesse et de puissance qui indiquent votre niveau d’effort et qui déterminent en grande partie votre vitesse de course.

Si vous ne pouvez pas faire de tests en laboratoire, pas de panique ! C’est aussi le moment de faire un test en condition dans chacune des disciplines pour avoir un autre aperçu de votre condition physique. Ces tests vous permettront aussi de déterminer vos zones de fréquence cardiaque, de vitesse et de puissance. Vous devez cependant comprendre que si vos zones de fréquence cardiaque resteront relativement constantes tout au long de la saison, vos zones de vitesse et de puissance évolueront en fonction de votre condition. Vous devrez donc effectuer plusieurs tests en condition au cours de la saison.

Paramètres mesurés pendant les tests en condition

Les mesures de fréquence cardiaque concernent le cyclisme et la course à pied, les mesures de vitesse en natation et la course à pied, et les mesures de puissance le cyclisme.

Tests en condition en natation

  • Vitesse au seuil fonctionnel (sFTPa) : un contre-la-montre de 1000m pour déterminer les zones d’entraînement de vitesse en natation et évaluer les progrès de votre condition physique

Tests en condition en cyclisme

  • Puissance au seuil fonctionnel (bFTPo) : et fréquence cardiaque (bFTHR) : un « contre-la-montre » de 20min pour déterminer les zones d’entraînement de puissance et de fréquence cardiaque et mesurer les progrès de votre forme en cyclisme.
  • Découplage puissance – fréquence cardiaque (Pw :HR) : une sortie endurance « longue durée » effectuée pour repérer à quel moment la fatigue apparait.
  • Facteur d’efficacité (bEF) : une sortie en endurance « longue durée » effectuée au seuil aérobie pour déterminer les progrès de la condition aérobie au fil de la saison pour les séances similaires.

Tests en condition en course à pied

  • Vitesse au seuil fonctionnel (rFTPa) : et fréquence cardiaque (rFTHR) : un « contre-la-montre » de 20min pour déterminer les zones d’entraînement de vitesse et de fréquence cardiaque et mesurer les progrès de votre forme en course à pied.
  • Découplage puissance – fréquence cardiaque (Pa :HR) : une sortie d’endurance « longue durée » effectuée pour repérer à quel moment la fatigue apparait.
  • Facteur d’efficacité (rEF) : une sortie d’endurance « longue durée » effectuée au seuil aérobie pour déterminer les progrès de la condition aérobie au fil de la saison pour les séances similaires.

La partie cycliste dans un triathlon est relativement plus longue que celle de natation et de course à pied. La chose la plus importante à faire pour s’améliorer est de faire régler votre vélo par un professionnel qui a l’habitude de travailler avec des triathlètes. Les modifications qu’il apportera peuvent améliorer votre partie cycliste et donc vos performances globales.

Le dernier point dans votre préparation est de veiller à disposer du bon matériel, des bonnes installations et des bons lieux d’entraînement pour vous préparer correctement dans chaque discipline. Attention, cela peut se révéler onéreux surtout en termes d’équipement pour le cyclisme. Pour réduire les coûts, envisagez d’acheter du matériel d’occasion. Vélos, capteur de puissance, roues aérodynamiques, appareils GPS, cardiofréquencemètres, poids pour une salle de musculation à domicile et d’autres aides à l’entraînement et la course peuvent être achetés d’occasion.

Il est temps à présent de commencer à acquérir la condition physique pour les courses de la saison !

Partager cet article :

Suivez notre actualité

Inscrivez vous à notre lettre aux triathlètes !

Découvrez tous nos conseils pour réussir vos entraînements et compétitions de triathlon : plans d’entraînements, nutrition, préparation, équipement… nous vous parlons de tout !

Webinaire - Les séances indispensables à ta progression

Découvrez notre nouveau webinaire : vous aspirez à améliorer vos performances, à vous entraîner de manière efficace et à apporter de la variété à vos séances d’entraînement? Ne cherchez pas plus loin!